AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [X] Surveiller les zones déformées [Accomplie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haüyne
Rang 1
avatar

Messages : 229

MessageSujet: [X] Surveiller les zones déformées [Accomplie]   Mer 9 Mar - 14:46

Les rayons matinals me chatouillaient le visage. Les bruits étouffés des chariots et des cris de marchands n'étaient plus que des chuchotements dans le calme paisible de ma chambre. Il n'était que dix heures et je pouvais encore dormir un peu. Mes vacances étaient commencées depuis deux jours et je comptait bien en profiter pour me reposer et profiter de grasses matinées bien méritées. A moitié endormie, je ne vis donc pas l'ombre s'approcher silencieusement de moi. Alors que j'allais me rendormir, ma soeur Elicia sauta sur mon lit et cria à pleins poumons:

- HAÜYNE IL FAUT TE REVEILLER ! Dépêches-toi ! Maman a acheté des croissants aux amandes ! Etyen est parti pour son cours de tir à l'arc et il a promis de m'acheter un cadeau au marché en rentrant ! LEVES-TOI !!
- Laisse-moi tranquille... je veux dormir ...
- Non ! Non ! Non ! Maman m'a demandé de te réveiller car il ne faut pas que tu te ramolisse parce-que elle trouve que ...

Elle n'eut pas le loisir de terminer sa phrase car au même moment je lui envoyais mon oreiller en pleine tête. Après qu'elle ait enfin décidé de sortir de ma chambre, je pris une douche froide et rapide pour me réveiller complètement.
Observant le ciel sans nuage et la chaleur étouffante, je choisis de revêtir une robe légère blanche et des sandales de cuir. J'attachai mes longs cheveux en un semblant de chignon puis partit discrètement de la maison pour éviter les corvées de cuisine ou ménage.
J'avais tout mon temps libre pour aller flaner au marché. Alors que j'admirais un splendide collier, je m'apperçus de la légèreté de ma bourse. Aïe ! Aïe ! Mon salaire d'espionne était épuisé depuis longtemps et un peu d'argent de serait pas de refus. En haut de la grande avenue, j'aperçus une enseigne où était écrit : QuEliS. Pourquoi pas ?

Le buit argentin d'une clochette salua mon entrée et un homme d'une soixantaine d'années apparut derrière le comptoir.

- C'est pour quoi ?
- Avez-vous des quêtes à me proposer ?
- Bien sûr ! Depuis que les vacances ont débuté, tous les garnements de la ville s'amusent à déformer la réalité de certaines parties de la ville, ils sont tellement nombreux que les gardes ne savent plus où donner de la tête ! Cela vous intéresse ?
- Cela me va ! Combien rapporte cette quête ?
- 15 Ptp. Allez voir le chef des gardes et donnez lui ce parchemin, c'est lui qui validera votre quête.
- Merci ! Au revoir !

* Youpi ! Que vais-je bien pouvoir acheter avec 15 ptp ... *



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


J'étais donc allé dans le bureau du chef des gardes pour me présenter et me procurer l'autorisation pour débuter ma quête. Papiers administratifs et autorisations remplies, je pouvais enfin commencer ma mission. Les gardes m'avaient donné la liste des agitateurs ainsi que leurs adresses et une carte où étaient incrits les lieux des quartiers déformés. Je remarquai un principal, situé à l'est de Nosuil. J'avais l'intention de faire cette mission sérieusement, vite fait et bien fait. Avec un peu de chance, ces gamins allaient être compréhensifs, deviendraient soudainement sages et tout se passera bien. Heureusement que j'étais en pleine forme physique, car je pensais que cette recherches aux "intrus" seraient plus une course poursuite qu'autre-chose.
Je me dirigeai donc vers le point déformé le plus proche, les yeux rivés sur la carte pour éviter de me perdre. Cette quête me rappelait étrangement la première fois que j'avais rencontré le chef des espions, mon supérieur. Il avait fallu que ce jour-là, je me perdre dans Nosuil que je connaissais pourtant comme le fond de ma poche ! Tourner à gauche de cette avenue, et m'y voilà ! Je levai lentement la tête vers les habitations et fut frappée de stupeur face au paysage environant. Les toits colorés de rose s'entortilllaient tels des vers de terre fushias. Les facades semblaient comme éclaboussées de babouches géantes, le sol était strié de vert, rose, bleu et jaune fluos et une inscription dénotait de cet abracadabrant panorama: de couleur neutre et simple, on y lisait :
VIVE LES NJR !
Cette bande était connue dans toute la ville, la Nouvelle Jeunesse Révolutionnaire rassemblait tous les enfants et adolescents aimant semer le trouble et vandaliser. Ces odieux garnements étaient spécialisés dans les modifications affreuses de l'architecture de Nosuil. Certe, chaque habitant possédant ce pouvoir pouvait lui aussi modifier l'architecture, mais ce n'était que des fines touches, harmonieusement placées pour donner un résultat magnifique et délicat. Et en ce qui concerne ce que j'avais sous les yeux, c'était tout sauf magnifique ou délicat !
Soudain, je vis ma robe blanche se recouvrir de vaches, serpents et cochons ! Rester calme et analyser : ces petits ... prétentieux étaient encore là comme le montrait ma robe et ils n'avaient pas l'intention de rentrer sagement chez eux.
Soit.

- Petits arrogants ! Montrez- vous !

C'était de la pure intimidation pour les faire sortir de leur cachette et, avec un peu de chance, si j'étais tombée sur des gamins pas très futés, cela devrait marché. Lorsque qu'un enfant apparut sur le toit d'une maison basse, je souris. Il semblait heureux du bazar qu'il avait créé et soudain, une dizaine d'enfant se matérialisèrent un peu partout. J'en dénombrai huit précisément. Un adolescent d'une quatorzaine d'années, qui semblait être le chef de la bande, s'approcha de moi et déclara :

- Oui ? C'est pour quoi ? Tu as besoin d'une nouvelle déco dans ta rue ?

Satisfait de son discours, il éclata d'un rire sonore, suivit de peu par les rires légers des autres enfants. Sans plus attendre, je bondis vers lui, le plaqua au sol avec force et proclama d'une voix froide :

- Non merci. Si on allait plutôt faire un tour chez tes parents, n'est-ce-pas ..., je regardais la liste des noms , ... Fernan Tolys ?

Puis le prenant par la peau du coup, je l'obligeai à avancer. Après l'avoir ramené chez lui et l'avoir laissé aux soins de ses parents, j'étais repartie vers la zone pour attraper les autres garnements. Lorsque je revins, la plupart étaient partis, trouvant sûrement le jeux trop dangereux et moins amusant. Il restait tout de même trois enfants: deux petites filles aux tresses dorés se ressemblant comme deux gouttes d'eau et un petit garçon roux avec des tâches de rousseurs. Prenant soins de me cacher derrière le mur d'une maison, je les observais discrètement. Il étaient apparemment en pleine discussion : les deux filles voulaient, semble-t-il, colorer cette maison avec des coeurs roses et des soleils jaunes alors que le petit garçon voulait y mettre des petits bonhommes grimaçants et des dragons. N'arrivant pas à se décider, le résultat fut assez surprenant : la façade était maintenant colorée avec des dragons couverts de coeurs et des bonhommes avec une tête de soleils tirant la langue. Je bondis de ma cachette mais les enfants se retournèrent à ce même moment pour s'attaquer à une seconde maison. Lorsqu'ils me virent, ils partirent chacun de leur côté, les filles de l'un et le garçon de l'autre. Je choisis de poursuivre les deux petites en premier. Malheureusement, elles se séparèrent aussi et m'attirèrent dans un dédale de petites rues. Mon agilité me permit de garder un écart raisonnable entre elle et moi. Commença alors une grande course-poursuite à travers la ville. Je commençais sérieusement à m'épuiser et perdait de plus en plus souvent les deux jumelles de vue. Soudain je débouchait dans une impasse. Vide. Pas de traces des deux filles. Tout était désert et calme. Seule une voix prouvait la présence des jumelles :

- Madame, vous êtes perdue ?
- Regarde son air ahuri ! On dirait qu'elle a gobé un poisson !
- Hihihihi ! Elle est toute rouge !
- C'est un poisson-rouge !
- Poisson-rouge ! Poisson-rouge ! Poisson-rouge !


Soudain je les aperçus, l'une était cachée derrière un arbre et l'autre derrière un énorme tonneau de vin. Je rassemblai mes dernières forces et courus vers l'arbre. La petite fille cachée grimpa dans l'arbre en souriant. Elle riait tout en me regardant grimper avec difficulté, exténuée. Elle descendit à quelques mètres de moi et déclara joyeusement :

- Un poisson sait-il grimper aux arbres ?

Profitant de son imprudence, j'attrapa une de ses jambes et l'entraina vers le sol. L'atterrissage ne se fit pas avec une grande souplesse ou délicatesse, c'est ce que l'on peut dire dans le cas où c'est moi qui me suis lamentablement écrasée par terre tandis que la petite effronté s'est écrasée sur moi, m'achevant définitivement. Je me relevai difficilement tenant fermement la petite.

- Dis à ta soeur de revenir gentiment ou sinon, je t'emmène directement à la prison .

Le mieux avec les coups de bluff, c'est quand ils marchent. Quand je vis la deuxième jumelle s'approcher de moi, je me retins de souffler de soulagement.
Les deux filles ramenées chez leurs parents, je renonçai à chercher le petit roux et allai directement voir le chef des gardes pour lui donner mon rapport. Il envoya des gardes pour effacer les dégâts et après m'avoir chaleureusement remercié, il me valida ma quête.



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Je posai fièrement le parchemin où était écrit en encre rouge ma validation devant le nez de l'homme. J'étais tellement fébrile que j'en tremblais. Il le regarda soigneusement et avec la plus grande précaution pendant ce qui me sembla une heure. Il sourit et, son visage se creusant de rides, déclara d'une voix solennel :

- Parfait, votre paie vous sera livrée prochainement !
- Génial ! Merci ! Merci ! Merci !

Il me jeta un regard surpris avant de rire doucement. C'était un rire froissé, comme un parchemin suranné. Je me joignis à son rire avant de partir du centre QuEliS. Le soleil était radieux et il me restait encore du temps pour trouver comment dépenser mon futur argent, me payer un petit verre et pourquoi pas une petite sieste après tous ces efforts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luella
Admin- Rang 3
avatar

Messages : 498

MessageSujet: Re: [X] Surveiller les zones déformées [Accomplie]   Sam 12 Mar - 21:57

Bien. Tu en a loupé certains mais c'est plus réaliste vu ta méthode d'approche de ces voyous. Mission accomplie !

_________________
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azeviel.forum-pro.fr/forum.htm
 

[X] Surveiller les zones déformées [Accomplie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Azeviel :: Les autres lieux :: Le QuEliS-