AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shiva, Guérisseuse [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiva
Rang 1
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 19:37

Nom/prénom:
Shiva Liloneco

Age:
118 ans

Race:
Fehort

Fonction:
Guérisseuse-Herboriste

Pouvoir:
Camouflage. Je devrais presque dire, métamorphose en fait. Mon pouvoir c'est mon apparence. Au début, c'était une capacité de pouvoir me faire pousser des feuilles et me fondre dans le décor. Mais à l'adolescence, ça a commencé à dégénérer et la transformation est devenue définitive (voir description physique). Alors bien sur, je peux la pousser plus loin. Je peux littéralement me changer en arbre. J'ai un choix assez large de plante à ma disposition mais peu importe la transformation, l'arbre a toujours plus ou moins la même taille. C'est en fonction de l'age, quand j'étais petite je me transformais en arbrisseau, maintenant je suis un jeune arbre en pleine croissance et quand je serais vieille, je pense que je serais un arbre centenaire. Forcement, il faut du sang froid pour rester transformée sans bouger alors qu'un ennemi qui veux vous découper passe juste devant vous mais ça se travail. Mon déguisement est parfaitement parfais, il n'existe qu'un seul moyen de me démasquer: coller son oreille au tronc pour entendre mon coeur battre tout doucement sous l'écorce. Mais en général, on a pas l'idée de coller son visage à tous les arbres d'une forêt alors j'ai peu de chances de me faire repérer.

Arme:
Une truelle c'est une arme ? Attention à toi, vil ennemi ! J'ai un pot de fleur et j'hésiterais pas à m'en servir !

Physique:
Bon, là on touche à quelque chose de relativement nouveau pour moi et un peu traumatisant. J'ai la peau d'un délicat vert tendre, aussi douce que les pétales d'une rose. Je suis plutôt généreuse dans mes formes, la génétique ne se commande pas. Je fais pourtant plein de sport et je mange plein de fruits ! J'admets avoir un joli visage (si on fait exception de ma couleur de peau). J'ai les traits fins, délicats et félins. Mes lèvres ont une teinte rosée du meilleur effet sur le vert et j'ai de grands yeux ourlés de longs cils noirs qui me font un regard de biche. Ils étaient d'un brun profond autrefois mais avec tous ces changements d'aspect, ils sont désormais d'une couleur miel doré assez peu commune. Passons au pire: mes cheveux. Peut-on encore appeler ça des cheveux ? Mon visage est encadré par de longues feuilles qui n'en font qu'à leur tête. Vous avez déjà essayé de coiffer un bouquet d'herbes sauvages ? C'est l'impression que j'ai le matin. Heureusement, toute ma chevelure n'est pas comme ça. Elle cascade dans mon dos, douce et soyeuse, d'un vert lumineux (ben oui, eux non plus n'ont pas entièrement échappé à ma métamorphose). J'en suis assez fière et cela fait si longtemps que je ne les ai pas coupé qu'ils m'arrivent, sans mentir, aux genoux. J'en prend grand soin. Pour ce qui est de mes vêtements, je porte la plupart du temps des étoles vaporeuses, des robes translucides et aériennes et quand il faut voyager, un pantalon de toile que j'ai coupé à mi-cuisse et un chemisier dont je noue les deux pans ensembles plutôt que de les boutonner. Oui, j'entretiens le look de la parfaite nymphe des bois mais vu ma tête, c'est ce qui me va le mieux. Pour terminer, la pointe finale ce sont mes oreilles qui justement sont très longues et pointues. Totale elfe !

Mental:
Je suis plutôt optimiste, heureuse de vivre et sereine. Comme je vis seule en forêt (voir histoire), j'ai tendance à avoir un air un peu absent ou songeur. Certains disent même que j'ai l'air triste. Mais je vous assure que c'est simplement mon air neutre ou pensif ! Je suis d'une patience d'ange. Il faut bien puisque je fais pousser des plantes toute la journée et le reste du temps, j'en cherche des nouvelles. Je suis facile à vivre je pense. Si je vis loin des autres, c'est parce que j'aime le calme. La communion avec la nature, c'est mon truc. Le chant des oiseaux, le calme de la forêt, la vie dans chaque recoin, j'aime ça. Je me sens chez moi. Je n'aime pas le bruit, la guerre, le sang, la violence. Je suis une gentille sauvage. Je suis une enfant dans l'âme, je m'émerveille d'un rien. Je veux aider en priorité, c'est pour ça que je suis devenue guérisseuse à mon insu. Voir la souffrance dans les yeux d'un être vivant me fend le coeur et il m'est même arrivé de soigner des membres d'autres races. D'ailleurs, en parlant des autres, je ne nourris pas de haine particulière envers eux. Ils sont juste très ignorant des plantes et de la nature. Je dois avouer que ma première réaction face à un inconnu, c'est la fuite et l'animosité mais que voulez vous, j'ai été élevée dans la crainte des autres races, j'ai vu de mes yeux deux attaques de la part d'ennemis, j'ai presque été violée et découpée par un soldat ennemi alors admettez qu'il y a mieux comme expérience. Quoi qu'il en soit, si celui que j'ai en face de moi me semble inoffensif, blessé et poli, je lui viendrais très certainement en aide. Je suis également une grande fan des animaux en tous genre et j'ai horreur qu'on me fasse des remarques sur mon physique. Malheureusement, ça arrive souvent. Je me sens gênée quand on me regarde trop.

Histoire:
Alors voilà, je suis la fille d'une lavandière et d'un épicier, je suis originaire d'une petite bourgade non loin de la capitale. Mes parents étaient des gens honnêtes qui vivait bien sans être vraiment riche. Nous vivions tous les trois dans une petite maison douillette où j'ai de très bons souvenirs. Je suis fille unique, ma mère ayant toujours fait des fausses couches avant et après m'avoir donné le jour. J'aurai aimé avoir des frères et soeurs mais c'est comme ça, j'ai déjà de la chance d'être née. Et c'est aussi ce que pensaient mes parents. J'étais l'enfant espérée et toute ma vie mes parents ont porté sur moi un regard rempli de fierté et d'amour. Ils ont pourtant veillé à m'éduquer comme si j'étais dans une famille nombreuse, redoutant les pièges d'une éducation pas assez ferme. J'ai donc eu, moi aussi mon lot de grondements et de punitions. D'autant que j'étais une petite fille plutôt agitée. Je grandis sereinement. J'appris beaucoup de mon père que j'aidais parfois en boutique. Quelle petite fille n'a jamais rêvé de jouer à la marchande ? Moi je pouvais le faire dans un vrai magasin, avec un vrai comptoir et des vraies pièces. Je prenais mon rôle très au sérieux et m'appliquais beaucoup. Ce qui me fascinais le plus, c'était les herbes médicinales que mon vendaient pour le compte d'un ami. Ce dernier allait les chercher en forêt, dans le bois bleu et les ramenaient. Les recettes des ventes de ces herbes étaient mise de côté et chacun avait sa part dessus. Je n'en revenais pas que des plantes puissent guérir des gens. J'étais si emballée qu'un jour, avec la permission de mes parents, j'accompagnais notre fournisseur dans son voyage. J'en appris alors plus qu'en des années de curiosité personnelle. Je me décidais, ce jour là, à devenir herboriste et à répertorier tous les effets des plantes.
Le premier évènement tragique de ma vie survint alors que je n'avais autour de 6 ans. C'était le soir, j'avais dîné avec mes parents puis joué un peu devant la cheminée comme bon nombre d'enfants avant de se coucher. Puis ma mère m'avait mise au lit. Elle m'avait lu mon histoire préférée puis avait éteint la lampe. J'étais aux portes du sommeil quand des cris me réveillèrent. Les yeux pleins de fatigue, je m'étais alors levée, j'avais saisi ma poupée et j'étais allée dans le salon. J'avais alors trouvée ma mère, mon père et les voisins appuyés contre la porte d'entrée. Dehors je voyais la maison en face qui brûlait et des cris. Les gens courraient dans la rue et il y avait de inconnus. Des étrangers avec des armures et des ailes. Apeurée, je m'étais précipitée dans les jupes de ma mère. Elle m'avait alors soulevée et emmenée dans la chambre du fond, la sienne. Elle m'avait murmuré de me cacher en me dévoilant une trappe sous le lit qu'elle avait poussé. Il y avait un trou avec des couvertures dedans. Je devais m'allonger et ne plus faire de bruit. Surtout je ne devais pas sortir. Elle referma et j'entendis le lit revenir à sa place. J'étais terrorisée, il faisait noir et j'entendais des cris et des bruits de lutte. Après ce qui me sembla des jours entiers, le bruit du lit se fit de nouveau entendre et la trappe s'ouvrit. Je sautais au cou de mon père. J'appris plus tard que les Aluïs nous avaient attaqué. C'est à partir de ce moment là que mes parents commencèrent à me parler des autres races, de leur différences et de la guerre.
Le temps passa et j'oubliais doucement ce qui s'était passé cette nuit là. Pour mes 13 ans, mon père me fit le plus beau des cadeaux: un Icoirue. Ce n'était encore qu'un poulain mais c'était à moi de le dresser et d'en faire une bonne monture. C'était une petite femelle à la robe verte brune, comme un arbre. Je la baptisais Écho parce qu'elle me suivait partout, mangeait quand je mangeais, buvais quand je buvais et refusais de dormir ailleurs que sous ma fenêtre. Je tissais avec elle un lien très spéciale, une amitié très forte que rien ne pouvait défaire. Le dressage fut difficile, je demandais beaucoup d'aide au maître cavalier du village mais ses méthodes furent efficaces et je devint aussi bonne cavalière qu'un Fehort peut l'être. Ma complicité avec Écho faisait beaucoup. Grâce à elle, je pouvais partir en expédition en forêt, je faisais l'aller-retour à la capital rapidement et pouvais accomplir de nombreuses courses. J'offrais mes services de livraison et commençait à gagner ma vie en portant des messages, des courses ou des enfants. C'était un petit boulot comme un autre et tout le monde me connaissait assez dans le village pour me faire confiance.
Le deuxième événement tragique de ma vie se produisit alors que je venais d'avoir 17 ans. Là encore, c'était le soir et tout allait pour le mieux. Je rentrais de la petite écurie qu'il avait fallut construire du côté de ma chambre (caprice d'Icoirue) après avoir pansée ma jument. Je prenais grand soin d'elle, je ne voulais pas qu'elle se fasse le moindre mal et j'aimais la pouponner pour que sa robe brille et que sa crinière verte soit douce. Je rentrais donc d'un pas tranquille quand quelqu'un arriva en courant et en hurlant. Il me sauta dessus en criant qu'on nous attaquait. Je me précipitais vers la porte mais à ce moment là quelqu'un me tomba littéralement dessus. C'était un homme plutôt jeune, entièrement vêtu de noir. Je n'eus aucun mal à reconnaître un Pys. Bientôt ce fut la débandade dans tous le village. Les Pys se déplaçaient de toit en toit et se laissaient tomber sur leurs victimes comme des chats sur une souris. D'autres, au sol, plus lourdement armés, s'occupaient de défoncer les étales, briser les vitres et piller allègrement. On voyait déjà monter des flammes. Tout pilleur qui se respect doit mettre le feu derrière lui. Ils venaient se fournir en racines médicinales et autres produits qu'ils n'avaient pas. Mon agresseur avisa l'écurie de laquelle je venais de sortir. Il me releva et sans se préoccuper de mes cris et de mes coups de poings fulgurants (heumheum), me hissa sur son épaule. En deux temps trois mouvements, j'étais balancée dans le foin et me vêtements furent sauvagement déchirés. Ah non alors ! Je repoussais d'un coup de pied ce goujat et tentais de prendre la fuite mais je n'étais pas assez rapide. Hey ! Je suis pas formée à ça moi ! Il se jeta sur moi comme un animal et je dus mon salut à ma brave Écho. Elle rua dans son box, défonça la porte et colla un coup de sabot bien sentit à l'autre obsédé. Il allait avoir un œuf terrible entre les deux yeux en se réveillant. Sans prendre le temps de remettre mes habits en place, je saisis une fourche, sautais sur le dos de ma jument et partis au galop dans les rues. Ma bête m'avait montré l'exemple du courage et je passais le reste de l'attaque à piquer des postérieurs et libérer des villageois du haut de ma monture. J'avertis également un garde qui passait par là qu'il y avait un Pys assommé dans mon écurie. Je ne sais pas ce qu'il est devenu mais je ne pourrais pas oublier son visage. Une fois l'attaque passée, je rentrais chez moi où mes parents, mort d'inquiétude et de peur, m'accueillir à bras ouvert, le visage noyé de larmes. J'étais à moitié nue, les cheveux en bataille et plein de paille, les pieds sales, les mains couvertes de cloques, les bras et les jambes pleins d'écorchures et d'entailles mais j'étais vivante, j'avais conservé mon intégrité et si j'étais épuisée, je n'en était pas moins souriante. Une fois les évènements un peu retombé, je fus chaleureusement remerciée par tous les habitants que j'avais tiré d'un mauvais pas et par les autorités. Pour acte de bravoure et service rendu à la ville, je reçu une petite épingle avec une fleur en argent donc le coeur était une jolie petite pierre précieuse. Je l'ai encore, bien cachée dans un coffre.
Ce fut de dernier événement tragique de ma vie à ce jour. A mes 100 ans pile (jeune adulte), je commençais à subir mes transformations. Je n'usais presque jamais de mon don, il n'avait aucun intérêt. Et pourtant j'assistais avec horreur à ma lente transformation en arbre pour devenir ce que je suis aujourd'hui. Autant vous dire que moi qui commençais à m'intéresser sérieusement aux garçons, je restais cloîtrée chez moi, morte de honte. Je me sentais trahie par mon propre corps et il me fallu des mois entiers pour oser sortir de chez moi et me montrer. On essaya tout ce qu'on pouvait mais rien n'y fit. Je m'habituais donc malgré moi. Finalement, personne ne semblait particulièrement choqué par mon état et comme je me dédiait de plus en plus aux plantes, à l'herboristerie et à la botanique, ce nouveau look m'allait plutôt bien. Bientôt le village devint trop petit pour moi. Je décidais donc de partir là tout se passait: dans la forêt. J'allais donc emménager dans la forêt bleue. Pendant des mois, tout le monde se mobilisa et une immense chaumière fut construite dans un coin reculé de la forêt. Une serre, un laboratoire, le tout dans un endroit où poussaient de nombreux arbres centenaires. J'emménageais bientôt et commençais ma vie d'ermite. Écho resta avec moi bien sur et si elle aime se promener seule, elle n'est jamais bien loin de moi. On su bientôt qu'il y avait une guérisseuse dans les Bois Bleu et ma renommée grandit avec le temps. Je suis aujourd'hui la meilleure guérisseuse d'Azeviel et tous les Fehorts me connaissent. Je vis de cela et si je ne suis pas à la portée de tout le monde à cause des distances, je veille à rester à portée de toutes les bourses. Je veux pouvoir aider les princes comme les mendiants.
Il y a une chose à savoir sur l'endroit où je vis. D'abord c'est loin de tout mais ça, vous vous en doutiez. Non, le truc c'est que j'habite, pour ainsi dire, dans un arbre. Je vous explique la chose. Un jour je fis le test de tremper une poignée de glands dans un engrais super puissant de ma composition. J'étais en route pour les planter dehors quand l'un d'eux m'échappa. Il roula dans un coin et disparut entre deux lattes. Je l'oubliais bien vite. Je n'aurais pas du. Bientôt un arbrisseau pointa son nez entre les lattes. Je pensais qu'il en resterait là mais pas du tout. Poussant tout sur son passage, il envahit l'espace et finit par toucher le plafond...Et le crever ! Il gagna le deuxième étage puis le grenier et je fini par lui percer un trou dans le toit avant qu'il ne le fasse s'écrouler sur moi. En quelques années, l'arbre est devenu plus que géant. Il faut une minute et demi pour faire le tour de son tronc et sa ramure est immense. Il est de loin beaucoup plus grand et plus gros que tous les autres. Ma maison est donc adossée à cet arbre géant, un bout de tronc encastré dans un coin arrière. Mais ce géant des forêts est devenu un ami précieux. J'ai posé un escalier et je profite très largement de tout l'espace là-haut. J'ai installé mon infirmerie et un labo de secours dans les branches. L'escalier est presque invisible et il y a un brancard avec un système de poulie pour monter les hommes, les bêtes et le matériel. C'est un véritable hôpital là-haut, caché aux yeux de tous ! Je pourrais loger la moitié d'Azeviel dans mes branches. Et c'est un très bon refuge. Si un jour vous êtes mal en point, il y a des chances que vous puissiez voir cette merveille de la nature.

Animal
Écho, une jeune Icoirue Verte et Brune. Elle m'adore, est d'une fidélité sans faille et file comme le vent. Curieuse de tout, elle se met parfois dans le pétrin et moi avec mais elle est très courageuse et n'hésite pas à jouer des griffes s'il le faut.

Azeviel
Comment j'ai connu Azeviel ? Je suis tombé dessus par hasard en passant d'un forum à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luella
Admin- Rang 3
avatar

Messages : 498

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:14

Tiens, enfin quelqu'un qui ne pense pas à faire la guerre !
Et qui veux être Fehort... Serait-ce à cause de Mharcus ?

Validée, rang 1.

Bienvenue parmis nous =)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azeviel.forum-pro.fr/forum.htm
Shiva
Rang 1
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:16

Wouhaou, c'était rapide !
Merci beaucoup =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haüyne
Rang 1
avatar

Messages : 229

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:28

Very Happy Razz Wink I love you tongue Smile Surprised rabbit alien cat pig albino cheers queen king farao rendeer santa cherry jocolor flower elephant geek green

!!!!! BIENVENUE !!!!!

Very Happy Razz Wink I love you tongue Smile Surprised rabbit alien cat pig albino cheers queen king farao rendeer santa cherry jocolor flower elephant geek green


Si tu as des questions, hésite pas ! Hayüne est là pour ça ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edefia
Rang 1
avatar

Messages : 96

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:30

Bienvenue!
Prévient moi si Haüyne t'embête.


Dernière édition par Edefia le Jeu 24 Fév - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiva
Rang 1
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:31

Merci c'est gentiiil =3

J'espère vite trouver quelqu'un pour Rp ^^ avis aux amateurs =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haüyne
Rang 1
avatar

Messages : 229

MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   Jeu 24 Fév - 20:35

Demande à Edefia, elle arrête pas m'envoyer des messages juste parce-que je met DEUX jours à répondre !
green
Je bosse ! pas comme certaines !!!

* Oui c'est toi Edefia qui est visée *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shiva, Guérisseuse [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shiva, Guérisseuse [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Azeviel :: Pour bien commencer :: Présentation :: Les personnages parcourant Azeviel-